CAÏPIRINHA (Carnet de Cocktails Contemporains)


CAÏPIRINHA 
(Petite Paysanne)

Cocktail "Short Drink" de 4 cl, contenant  40% volume d'alcool.
Classer dans la catégorie "All Day Cocktail » cette recette à base de Cachaça est généralement proposée pour être dégustée à tout moment de la journée.


"CAÏPIRINHA" est un cocktail très rafraîchissant, la cachaça est en parfaite harmonie avec les saveurs du citron vert...  J’ai toujours aimé les cocktails sucrés comme le mojito, la piñacolada ou le daiquiri, mais c’est seulement quand je me suis rendu à Rio, que j’ai vraiment découvert la caïpiriñha....


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, sachez le consommer avec modération.





Ingrédients pour 1 personne

1/2 Citron vert coupé en morceaux
1 Cuillère à café de sucre en poudre
1 Mesure de Cachaça (4 cl)

Glace pilées


(Paille)



Couper le 1/2 citron vert en morceaux, 
Déposer les morceaux de citron vert dans le verre old fashioned 
ajouter le sucre en poudre
Avec un pilon, écraser les morceaux de citrons verts et le sucre,
verser la mesure de cachaça et mélanger
Remplir le verre de glace pilée 



Peut être accompagné d'une paille courte









Difficulté : ***** -  Préparation : 3 minutes









PAS à PAS de l'élaboration
(Toutes les étapes et les bons gestes)





Préparer le matériel et les produits nécessaires au mélange, afin de les avoir sous la main durant la préparation.

Tous les gestes exécutés par le barman lors de la préparation de cette recette de cocktail doivent être visibles et réalisés au dessus du bar.

Préparer la glace pilée.
Laver le citron vert (non traité),  puis couper les deux extrémités
Couper en morceaux le ½ citron vert, et éliminer la partie blanche centrale responsable de l'amertume.

1) Mirer (Examiner le verre old fashioned afin de vous assurer de sa propreté).

2) Dans le verre à Old-Fashioned déposer les morceaux de citron vert.
3) Verser le sucre en poudre sur le citron vert.
4) Piler les morceaux de citrons verts avec le sucre (A l'aide d'un pilon, jusqu'à l'extraction la plus complète du jus).
5) Remplir  le verre de Glace pilée.
6) Verser la Cachaça.
7) Mélanger les produits avec l'aide de cuillère à mélange.
8) Ajouter deux courtes pailles.
9) Servir dans l'instant, afin que ce cocktail soit consommé frais.
10) Déposer le cocktail sur le sous verre* que vous avez préalablement déposé devant le consommateur (ce sous verre fait parti de la prestation de service d'un établissement d’excellence, il recueille les fines gouttelettes d'eau, dues à la condensation s’écoulant le long du verre, et protège le consommateur d'éventuelles taches sur ses vêtements).

(*) Ce sous verre fait parti de la prestation de service d'un établissement d’excellence, il recueille les fines gouttelettes d'eau, dues à la condensation s’écoulant le long du verre, et protège le consommateur d'éventuelles taches sur ses vêtements).
(**) Ce sous verre, permet également d’informer vos autres collègues du bar, que la commande de ce consommateur a été prise.








 DU COCKTAIL "CAÏPIRINHA"

La  Caïpirinha est le Cocktail brésilien traditionnel, populaire et favori partout dans le pays, particulièrement au bord des plages. Accompagné de quelques biscuits apéritifs, il crée une atmosphère sensuelle et détendue. C'est également le compagnon inséparable de la "feijoadas", un plat typique brésilien servi chaque mercredi et samedi dans la Plupart des restaurants brésiliens.

Au brésil, on boit les meilleures Caïpirinha pour deux raisons: la technique et la qualité des Cachaça. La technique consiste à couper le citron en 9 après en avoir coupé les deux Extrémités (c'est rapide) et la partie blanche centrale responsable de l'amertume.
- Aussi, il est important d'utiliser du sucre en poudre car grâce au pilon il devient un bon "abrasif" pour l'écorce du citron, et permet d'en optimiser le prélèvement de l'arôme. Acidulé et sucré, c'est délicieux, et comme toute chose de haute gamme on ne sent pas sa puissance, c'est une dangereuse gourmandise qui fait tourner très vite la tête. Comme on dit au Brésil: la Caïpirinha c'est comme Les seins: une seule ce n'est pas assez, trois c'est trop.

- L'origine de la caïprinha remonte aux années 1800. Au brésil, les esclaves aimaient boire du "garapa", qui était du jus de canne à sucre qu'ils faisaient simplement bouillir, sans le fermenter. Ils l'obtenaient après avoir pressé la canne à sucre au moyen des presses rotatives. L'ébullition permettait la stérilisation, évitant ainsi le développement des bactéries qui se trouvent normalement dans le jus de canne. Pendant les fêtes et rituels, ils mélangeaient leur garapa avec l'eau-de-vie de sucre de canne locale (la "Cachaça") qu'ils donnaient en Partie aux esprits des morts. Ils y mélangeaient aussi des jus de fruits ou des épices : sont nées ainsi les Fameuses "Batidas", et la plus fameuse était la "Batida de limao", qui était réalisée avec le jus des Citrons verts. C'était le prototype de la Caïpirinha.

Avec le temps, la "Batida de limao" a évolué avec des morceaux de citron verts dont l'écorce donne son goût original à la Caipirinha. La technologie aidant pour fabriquer la glace, et ainsi pour la rendre plus fraîche, elle est devenue plus facile à boire et plus courante.

Le nom "Caïpirinha" a été donné à ce moment là et viendrait d'un mélange de "Caipira" et de "Curupirinha". Ces deux termes sont liés: "Caipira" était un terme pour désigner les "paysans". Terme issu du mot "Caipora" Qui désignait les anciens habitants de la forêt... lui même issu du mot "Curupira", qui désignait un démon mythique de la forêt dont le diminutif est "Curupirinha" (nom donné à l'instar des "éléphants roses" pour décrire une vision troublée par une ivresse évidente).

Dans les années 1910, le brésil est un pays pauvre et cherche un avenir propre pour se démarquer et se débarrasser des liens avec l'Europe. Pour ce faire, le modernisme brésilien se développe grâce à la littérature, l’art et le commerce : la Cachaça a participé à ce développement comme étant un produit culturel, de fabrication locale pouvant être exporté.

Pendant une épidémie de grippe au Brésil en l’an 1918, un tenancier portugais travaillant dans un bar de Sao Paulo servait des Caïpirinha aux clients atteints du virus. L'épidémie commençant à s'estomper, ce cocktail était devenu un remède à succès en plus d'être délicieux. Les vertus de ce cocktail étant prouvées, c'est vite devenu la boisson préférée des brésiliens.

"Oswald de Andrade", (grand écrivain brésilien) se maria avec "Tarsila do Amaral" (une des plus grandes Peintres modernistes), et dans les années 1920, cette dernière organisa des "fameuses feijoadas" à Paris servies avec de la "Caïpirinha". La Cachaça était devenue un produit de luxe en France, tout en faisant connaître la Caïpirinha. De plus, le succès du tenancier portugais de "São Paulo" s'est vite fait connaître en Europe. Aujourd'hui, la Caïpirinha est appréciée dans le monde entier.






LE CLIN D’ŒIL de JEAN-JACQUES

N'utilisez pas de sucre de canne brun ou roux ; les brésiliens ne le font pas non plus! La Caïpirinha se confectionne avec du sucre de canne blanc brésilien, que vous pouvez vous procurer dans les magasins spécialisés ou commander sur Internet.
Faites rouler d'avant en arrière les citrons verts en les pressants sur la planches à découper avant de les découper. Vous écraserez ainsi la pulpe et le jus en coulera beaucoup plus facilement.


Cependant, voici quelques conseils simples à suivre pour parfaire cette recette 
: – Toujours jeter les entâmes supérieures et inférieures des citrons verts, car elles introduisent un goût amer.
– Couper le citron vert en deux et oter les pépins au milieu, car ils contribuent également à l’amertume.
– Toujours écraser le citron vert avec du sucre. Les cristaux de sucre sont abrasifs et vont aider à broyer le citron vert.
– Ne pas écraser le citron vert trop fort. Presser trop donnera également un goût trop amer.
– Ecraser le citron vert avec la peau verte vers le haut.








 du COCKTAIL  "CAÏPIRINHA"

Au brésil, une variante existe:
Caipirinha da Enseada (saupoudrer de cannelle).

Les variantes directes sont :
- Caipiroska : A base de Vodka.
- Black Caipiroska : A base de Vodka Eristoff  Black.
Caipirão: Variante Portugaise de la Caïpirinha à base de licor beirão.
- Caipirinto : A base d’Absinthe.
- Caipirissima : A base de Rhum blanc.

- Sakerinha : A base de Saké.







Cachaça :
Résultat d’images pour cachaçaL'origine de la cachaça remonterait au XVIe siècle. Au Brésil, les esclaves aimaient boire du « garapa », qui était du jus de canne à sucre qu'ils faisaient simplement bouillir, sans le fermenter. Ils l'obtenaient après avoir pressé la canne à sucre au moyen de presses rotatives.
L'ébullition permettait la stérilisation, évitant ainsi le développement des bactéries qui se trouvent normalement dans le jus de canne.
Résultat d’images pour cachaçaDans les années 1910, le Brésil est un pays pauvre et cherche un avenir propre pour se démarquer et se débarrasser des liens avec l'Europe. Pour ce faire, le modernisme brésilien se développa grâce à la littérature, l'art et le commerce : la cachaça a participé à ce développement comme étant un produit culturel, de fabrication locale, pouvant être exporté
Résultat d’images pour cachaça
Alcool blanc paysan par excellence, il en existerait plus de 4 000 sortes, fabriquées par quelques grandes entreprises qui distribuent leur produit à l'étranger mais surtout par de très nombreuses « maisons » locales, écoulant leur stock au marché, parfois très local. Désignée aussi sous les noms d'aguardente (eau-de-vie) ou pinga (gnôle), elle peut s'appeler suivant les régions branquinha, birita, caninha, gas, óleo…

La cachaça est distillée à 40°, et immédiatement embouteillée, contrairement au rhum agricole, qui lui, est distillé à 65-75° et ramené aux degrés souhaités par adjonction d'eau de source. À l'instar des rhums vieux, on trouve toutefois maintenant quelques cachaças vieillies en fûts (Pitú Gold, Ypióca Ouro...).


                                                                                                                










L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, sachez le consommer avec modération.


Le blog de cocktailclassique s’engage à promouvoir une consommation responsable.





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

AMERICANO (Carnet de Cocktails Contemporains)

FLORIDA

PUSSY FOOT (sans alcool)