BLOODY MARY (Carnet de cocktails Contemporains)

BLOODY MARY
(Mary Sanglante) 

Cocktail "Long drink" de 12 cl, contenant 13% de volume d'alcool.
Classer dans la catégorie "All Day Cocktail " cette recette à base de Vodka et de jus de tomate assaisonné est généralement proposée pour être dégusté à tous moments.

Le "Bloody Mary", est un cocktail légèrement alcoolisé, fruité et salé, à base de vodka et de jus de tomate épicé. Très réputé pour son goût pimenté personnalisable, ce mélange féminin pour certains, et bon pour "Un  lendemain de veille" pour les autres. Cette recette fait un retour marquée grâce à toutes les variétés de vodkas à la mode.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, sachez le consommer avec modération.




Ingrédients  (pour 1 personne)


Sel de Céleri

Quelques gouttes de Tabasco

1 Trait de Sauce Anglaise

(Worcestershire Sauce)

1 cl   Jus de Citron

7 cl   Jus de Tomate

4 cl   Vodka


Décoration:

1 Tranche de Citron

1 Branche de Céleri (Facultatif)





Dans un Tumbler rempli de glace

Saupoudrer de sel de céleri, puis ajouter quelques gouttes de Tabasco
et un trait de sauce anglaise.
Verser tous les autres ingrédients dans l'ordre de la recette.
Mélanger.
Garnir d'une tranche de citron
 et d'une branche de céleri (facultatif).



Compléter le cocktail d'un stick (bâton mélangeur) et d'une paille.





Difficulté ***** -  Préparation : 3 minutes




PAS à PAS de l'élaboration

(Toutes les étapes et les bons gestes)






Préparez le matériel et les produits nécessaires au mélange, afin de les avoir
sous la main durant la préparation.

Tous les gestes exécutés par le barman lors de la préparation de cette
recette de cocktail doivent être visibles et réalisés au dessus du bar.


1.   Mirer (Examiner) le verre Tumbler afin de vous assurer de sa propreté.
2.   Remplir de glace le verre tumbler.
3.   Rafraîchir le verre tumbler en remuant la glace à l’aide de la cuillère à
4.   mélange (remuez les glaçons dans un mouvement circulaire jusqu'à ce que la paroi du verre soit givrée).
5.   Égoutter l'eau résiduelle du verre tumbler à l’aide de la passoire à glaçons.
6.   Saupoudrer le sel de céleri dans le verre.
7.   Ajouter quelques gouttes de Tabasco et 1 trait de sauce anglaise.
8.  Verser dans le verre tous les autres ingrédients composant le cocktail en respectant l'ordre et les quantités de la recette (sélectionner exclusivement que des produits de qualités).
9.   Rajouter de la glace si besoin?.
10. Mélanger les ingrédients dans le verre à l’aide de la cuillère à mélange.
11. Décorer avec 1 tranche de citron et 1 branche de céleri (facultatif).
12. Ajouter un stick.
13. Servir dans l'instant, afin que ce cocktail soit consommé frais.
14. Déposer le cocktail sur le sous verre (*) que vous avez préalablement déposé devant le consommateur, lors de la prise de la commande (**).

(*) Ce sous verre fait parti de la prestation de service d'un établissement d’excellence, il recueille les fines gouttelettes d'eau, dues à la condensation s’écoulant le long du verre, et protège le consommateur d'éventuelles taches sur ses vêtements).

(**) Ce sous verre, permet également d’informer vos autres collègues du bar, que la commande de ce consommateur a été prise.




 DU COCKTAIL "BLOODY MARY"


Le Bloody Mary fut créé en 1921 à Paris par Fernand Petiot (1900-1975), employé de bar au Harry's New-York Bar de Paris (couramment appelé "Le Harry's") dans le deuxième arrondissement, qui deviendra le Harry's Bar en 1923.


Photo : Fernand Petiot,
l'inventeur du Bloody Mary


Fernand Petiot l'improvise un soir, le mettant aussitôt à l'épreuve avec deux clients américains de passage en France. Ce Bloody Mary d'origine ne contient ni sel, ni citron, ni tabasco, il contient en revanche déjà de la sauce Worcestershire et un soupçon de piment de Cayenne (finalement remplacé par le Tabasco). Quelques années plus tard, désormais employé de bar aux États-Unis, Fernand Petiot adapte sa recette pour satisfaire sa clientèle américaine demandeuse d'un Bloody Mary plus relevé.






George Jessel se disait à l'origine du Bloody Mary

Il faut toutefois préciser que Fernand Petiot, de son propre aveu, s'est inspiré de George Jessel (1898-1981). L'acteur américain avait la particularité de boire du jus de tomate auquel il ajoutait de la vodka. Un bien curieux mélange qui le faisait volontiers passer pour un original dans les soirées.


George Jessel, inventé le Bloody Mary"
George Jessel a d'ailleurs toujours revendiqué la paternité du Bloody Mary, raison pour laquelle il fut l'ambassadeur de la marque Smirnoff, ce à quoi Fernand Petiot rétorquait que sa version n'était que du jus de tomate et de la vodka, alors que la sienne était une véritable recette.


George Jessel n'était pas le seul à porter cette revendication. En effet, le Bar Hemingway du Ritz de Paris revendique également la création du Bloody Mary. Selon l'établissement prestigieux de la place Vendôme, c'est l'un de ses anciens chefs de bar, M. Bertin, qui était à l'oeuvre. M. Bertin aurait inventé le Bloody Mary dans l'après-guerre pour Ernest Hemingway (1899-1961) qui fréquentait assidûment l'établissement, au point que Bertin et Hemingway étaient devenus bons amis.







À moins que le Bloody Mary ne fut inventé au Ritz pour Ernest Hemingway



Origine du nom "Bloody Mary"

Il y a au moins trois origines possibles, chacune liée à son créateur revendiqué.

Le soir où Fernand Petiot invente la boisson, ce sont ses deux cobayes américains qui lui inspirent le nom. Originaires de Chicago, les deux hommes lui racontent qu'ils y fréquentent un bar se nommant le "Bucket of Blood" ("Seau de sang") où travaille une serveuse surnommée "Bloody Mary" par les habitués. Séduit par ce nom sanguin et vendeur qui rappelle à merveille la couleur rouge de la tomate, Petiot le récupère pour sa création.

Avec George Jessel, le nom ne semble pas avoir d'histoire. En revanche, il a plusieurs fois changé, passant de "Red Snapper", "Tomato Pickup", "Morning Glory" à finalement Bloody Mary.

Dans le cas de M. Bertin, c'est Ernest Hemingway qui fait office d'inspirateur. Sa quatrième épouse vit alors de plus en plus mal les virées éthyliques de son mari, le suppliant chaque jour de ne plus boire. Sentant que sa "foutue Mary" ("bloody Mary") est au bord de le quitter, mais ne souhaitant pas arrêter l'alcool pour autant, Hemingway demande à Bertin de lui inventer un mélange dans lequel l'alcool serait masqué. Bertin commence avec de la Vodka, par nature peu odorante, à laquelle il ajoute du jus de tomate pour brouiller les pistes.

Il faut par ailleurs savoir qu'Ernest Hemingway, qui ne pouvait pas se contenter d'un seul bar, fréquentait aussi le Harry's...








•     Le meilleur cocktail en vol est le Bloody Mary

Plusieurs compagnies aériennes ont interdit l’alcool afin d’éviter les problèmes avec les passagers ivres, mais les voyageurs d’affaires faisant preuve de modération le reconnaîtront: pouvoir boire un verre à 30 000 pieds d’altitude est l'un des petits plaisirs des déplacements professionnels. Et selon une étude scientifique, le meilleur cocktail dans les airs est le Bloody Mary.

Le goût des aliments et des boissons est modifié dans l’avion. Pourtant, un cocktail réussi le test de l’altitude selon le professeur Barry Smith, fondateur du centre d’étude des sens de l’université de Londres : le Bloody Mary. Selon lui, la saveur de la vodka et du jus de tomate est amplifiée pendant le vol.

 Le scientifique explique dans le journal Flavour que la sauce Worcestershire "chatouille" notre nez et stimule ainsi les papilles. Il ajoute que le jus de tomate est l’un des rares ingrédients à supporter le voyage. En effet, ces fruits contiennent de nombreuses substances provoquant l'umami (goût savoureux en japonais), l'une des 5 saveurs de base avec le sucré, l’acide, l’amer et le salé. Présente également dans les asperges, le poisson, les épinards ou encore le fromage, elle joue un rôle important pour donner un goût délicieux à la nourriture. Alors que la perception du salé et du sucré est engourdie par l’altitude et le bruit, celle de l’umami n’est pas affectée par les conditions de vol. C’est pourquoi, selon lui, ce breuvage ainsi que sa version soft ont tant de succès dans les airs.



J'ai rencontré plusieurs personnes qui préférais que leur recette soit élaborer au verre à mélange ou au shaker: 


Cette recette peut être élaborée au Verre à mélange, avec cette méthode de préparation le mélange sera rafraîchi et limpide.







Une autre variante du "BLOODY MARY"


Ernest Hemingway, qui aimait siroter des cocktails, aurait demandé au barman de l’époque un « cocktail où on ne sent pas l’alcool » pour ne pas subir les foudres de sa femme Mary Welsh qu’il surnommait « Bloody Mary » soit « satanée Mary ».


LULU WHITE





"Red Snapper" : Même recette que le Bloody Mary, remplacer la Vodka par du Gin.








VODKA / issue de la distillation d’un moût fermenté, élaboré à partir de céréales (blé, orge, seigle, maïs), de mélasse de betterave à sucre, de pomme de terre mais aussi de toute autre matière première d’origine agricole. La vodka, titrant à 96%, est ensuite ramenée entre 35 et 50% par l’adjonction d’eau de source. Dans le cas de matière première agricole, l’Union Européenne exige alors que la nature de cette matière première soit mentionnée sur l’étiquette, et que la vodka obtenue titre au minimum 37,5%.


JUS DE TOMATE  Fruit ou légume ? Si on considère son goût, on peut affirmer les deux. Elle a un goût fruité et salé à la fois. Sa teneur en jus est aussi élevée que celle d’un melon miel. Si elle reçoit assez de soleil, elle développe une note fruitée légèrement sucrée. C’est la particularité de la tomate car malgré son goût fruité, elle est de toute évidence un légume.
Souvent, l’arôme du jus de tomate est plus intense que celui des tomates fraîches. Tout dépend de la provenance des tomates. C’est pourquoi granini n’utilise pour ses jus que des tomates d’Italie et d’Espagne gorgées de soleil, incomparables à celles des régions situés plus au Nord.



                                                                                                                                                                             




HARRY'S NEW YORK BAR






Le Bloody Mary fut créé en 1921 à Paris par Fernand Petiot (1900-1975), employé de bar au Harry's New-York Bar de Paris (couramment appelé "Le Harry's") dans le deuxième arrondissement, qui deviendra le Harry's Bar en 1923.





L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, sachez le consommer avec modération.
Le blog: cocktailclassique.blogspot.fr s’engage à promouvoir une consommation responsable.          
.







Commentaires

  1. j'aimerai savoir si les quantités sont exact vu que l'on parle d'un tumbler de 12cl et que le total des quantités présentes dans le cocktail dépasse se nombres.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Afin d'améliorer ce blog, merci de me laisser vos commentaires et suggestions?

Posts les plus consultés de ce blog

AMERICANO (Carnet de Cocktails Contemporains)

FLORIDA

PUSSY FOOT (sans alcool)