GOLDEN FIZZ (Pétillement d'or)

Cocktail long drink de 12 cl - Titrant 13,3°
Se consomme très frais à tout moment
Goût sec et rafraîchissant

Recette ingrédients pour 1 personne


Au shaker

1 jaune d'oeuf
On egg yolk
1 cuillère à café de sucre
One teaspoonful fine sugar 
or one barspoon gomme syrup
Le jus d'un citron pressé (non traité)
Juice of one fresh lemon
1 mesure de Gin (4 cl)
              One measure of Gin (1,3 oz)

Frapper et verser dans un verre tumbler préalablement rafraîchi.
Compléter de soda 
Pour all ingrédients (except soda) into shaker with ice cubes
Shake well. Strain in chilled cocktail glass. Fill with soda water.

* * * * * * * * * * * * *
Préparation au Shaker continental.
  • Préparez le matériel et les produits nécessaires au mélange, afin de les avoir sous la main durant la préparation.
  • Rafraîchissez le verre Tumbler en le remplissant de glaçons.
  • Remplissez au 2/3 de glaçons, la grande timbale du shaker.
  • Versez dans la petite timbale du shaker, tous les ingrédients composant le cocktail (sauf le soda), en respectant l'ordre et les quantités de la recette.
  • Videz le verre Tumbler des glaçons et égouttez l'excédent d'eau du verre.
  • Avec l’aide de la passoire à glaçons, maintenez les glaçons dans la grande timbale, puis retournez celle-ci et égouttez l'eau résiduelle des glaçons.
  • Transvasez le mélange de la petite timbale dans la grande timbale contenant les glaçons.
  • Formez le shaker.
  • Frappez, secouer vigoureusement le shaker pendant 10 secondes.
  • Versez le mélange dans le verre Tumbler en le filtrant avec l’aide de la passoire à glaçons.
  • Complétez le mélange avec le soda.
  • Ajoutez 2 pailles (2 straws)
  • Servez rapidement.
* * * * * * * * * * * * * *
Un clin d’œil sur l’histoire de ce cocktail. 

La famille des Fizzes serai apparue aux Etats-Unis dans les années 1860 – 1870 (Source le Larousse de cocktails).

Créé en 1750
Variante de la recette "Gin tonic". La première eau-de-vie de genièvre voit le jour aux Pays-Bas en 1550, fruit de l’industrialisation de la production d’alcool et de l’intérêt aromatique de la baie de genévrier, le “Genever”. On attribue souvent son invention au médecin Franciscus Sylvius.

Après avoir été gouverneur des pays bas, guillaume d’Orange III devint roi d’Angleterre en 1689. Nostalgie de genièvre ou hargne contre Louis XIV, il interdit l’importation du cognac et favorise la distillation d’alcool de grain. Des distilleries anglaises apparaissent un peu partout et produisent un alcool proche du "Genever" qui est baptisé "Gin". Son expansion est considérable, et le gin anglais devient le premier alcool de masse. De la gente londonienne la plus bourgeoise aux classes sociales les plus populaires, il envahit l’ensemble de la société britannique. Tout le monde produit du gin n’importe comment et tout le monde en boit. Le gouvernement voit là une poule aux œufs d'or et décrète le Gin Act en 1736, taxant lourdement le gin. La loi fût supprimée 6 ans plus tard.

Transporté par la Marine anglaise pour la consommation personnelle des officiers, aux environs de 1750, après plusieurs campagnes dans les colonies, les officiers de la marine britannique ont eu l'idée de consommer le gin avec le quinquina pour lutter contre la fièvre : le grand Cocktail classique "Gin Tonic" était né.

A cette époque, les navigations sont longues et les réserves du bord n'offrent plus la dose minimale de vitamine C indispensable pour éviter le scorbut, qui fait aussi des ravages, bien plus que les combats ou les naufrages. Les réserves épuisées on tente alors de faire avaler aux marins un élixir de vitriol, soit de l'acide sulfurique très dilué, pensant que c'est l'acidité qui prévient le scorbut.

Face aux résultats affligeants et au peu d'entrain des marins à ingurgiter une telle potion, l'amiral Nelson a finalement l'idée géniale de mélanger du gin et du citron. Le scorbut ne fût plus un fléau : le citron ayant la vertu de lutter contre scorbut, et l'alcool la vertu de conserver la vitamine C. Le succès pour les troupes fût total, évidemment. A tel point que beaucoup simulaient les symptômes du scorbut afin d'avoir accès à ce délicieux breuvage.

Cela paraît dérisoire, mais ces deux Cocktails ont permis à la Marine anglaise de prendre un ascendant décisif sur la Marine française à la fin du XVIIIe siècle. De retour en Angleterre, les marins conservent l'habitude de consommer le gin avec la quinquina pour lutter contre la fièvre "Gin Tonic", et modifient le remède contre le scorbut dans les tavernes près des ports, rajoutant du sucre et de l'eau gazeuse afin qu'il soit plus désaltérant, frais et facile à boire, le "Gin Fizz" était né.

Ces deux recettes de Cocktails entraînent un nouveau rebond pour le gin, devenant rapidement une habitude ancrée dans les mœurs, en rafraîchissement après une journée de travail, ou encore après le repas du soir.

Cela provoque une importante hausse de l'alcoolisme en Angleterre. En 1756, le gouvernement interdit complètement la fabrication de Gin, mais cette loi ne fait que multiplier la fabrication clandestine d’alcools de mauvaise qualité, ne résolvant pas le problème de la santé publique. En 1960, la loi fût supprimée et de nouvelles mesures sont prises afin de réduire la production en améliorant la qualité. Ceci fut aidé par la découverte en 1831 par Aeneas Coffey de la distillation en continu.

Du coup, au cours du 19ème siècle, l’élaboration du gin est de plus en plus réglementée. Sous l’appellation “London Dry Gin”, définitivement réglementée en 1920, le modèle londonien s’impose en matière de gin. Se développe même à Londres la vogue des gins palaces, des établissements sélects consacrés essentiellement à la consommation du gin en "Gin Tonic", "Gin Fizz" et variantes, permettant à ces deux Cocktails d’acquérir enfin un statut honorable dans la bonne société. Consommer du Gin devient classe !

Afin d'obtenir une coloration blanche et une texture plus légère, certain barmen rajoutent une touche de lait ou de crème fraiche car celui-ci à tendance à mousser quand il est remué au shaker. Cela change sensiblement le goût du cocktail.


Cela paraît dérisoire, mais ces cocktails ont permis à la Marine anglaise de prendre un ascendant décisif sur la Marine française à la fin du XVIIIe siècle. De retour en Angleterre, les marins conservent l'habitude de consommer le gin avec la quinquina pour lutter contre la fièvre "Gin Tonic", et modifient le remède contre le scorbut dans les tavernes près des ports, rajoutant du sucre et de l'eau gazeuse afin qu'il soit plus désaltérant, frais et facile à boire, le "Gin Fizz" était né.

* * * * * * * * * * * * *


Une liste de cocktails classiques a été dressée en 1983 par l'International Bartenders Association (I.B.A.), qui regroupait à cette époque 29 nations, et a été adoptée par l'Association des Barmen de France (A.B.F.).
Ces recettes de cocktails ont été sélectionnées pour leurs renommées internationales et parmi les plus représentatives dans leurs techniques de préparations. Reconnues officiellement, ces recettes de cocktails dites "classiques" furent codifiées, afin de devenir la base de toutes les préparations des professionnels.
Chaque année, depuis 1952, l'Association des barmen de France organise un concours technique réservé aux jeunes apprentis (Coupe Scott).
Certaines recettes de la liste des cocktails classiques disparaissent presque tous les ans, pour céder la place à d'autres recettes, généralement composées de produits plus actuels, plus "tendance" et qui suivent et parfois devancent parfaitement les goûts du moment.

L'alcool est dangereux pour la santé, sachez le consommer avec modération.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

AMERICANO (Carnet de Cocktails Contemporains)

FLORIDA (Sans alcool) (Cocktail Vintage)

PUSSY FOOT (sans alcool)